GOTS pour Global Organic Textile Standard                                                                                                        

 

Le référentiel sur le textile biologique GOTS est la référence mondiale en termes d’évaluation des fibres biologiques, intégrant les aspects sociaux et écologiques, reposant sur une certification indépendante d’approvisionnement.

 

 

L'objectif de ce référentiel est de définir des exigences reconnues mondialement, permettant de garantir le caractère biologique des textiles depuis la récolte des matières premières, en passant par la fabrication responsable d'un point de vue social et environnemental, jusqu'à l'étiquetage, afin de fournir une garantie fiable au consommateur final. Les transformateurs et fabricants de textiles doivent être en mesure d'exporter leurs tissus et vêtements biologiques accompagnés d'une certification acceptée sur tous les marchés principaux.

 

Exigences pour la production de fibres

 

Certification biologique des fibres basée sur des normes nationales ou internationales (ex. CEE 834/2007, USDA NOP);

 

La certification des fibres en conversion est possible si la norme agricole concernée permet une telle certification.

 

Un produit textile détenant l’étiquette GOTS “biologique” doit contenir au moins 95 % de fibres biologiques certifiées tandis qu’un produit avec l’étiquette « composé de fibres biologiques » doit contenir au minimum 70 % de fibres biologiques certifiées.

Transformation et fabrication certifiée GOTS

 

Exigences environnementales

 

Toutes les étapes de la transformation des produits composés de fibres biologiques doivent être séparées de celles des produits composés de fibres traditionnelles et doivent être clairement identifiées.

 

Tous les intrants chimiques (ex. colorants, adjuvant et produits chimiques de transformation) doivent être évalués et doivent être conformes à un certain nombre d’exigences fondamentales sur la toxicité et la biodégradabilité/élimination.

 

Les intrants critiques comme les métaux lourds toxiques, formaldéhyde, solvants aromatiques, nanoparticules fonctionnelles, organismes génétiquement modifiés (OGM) et leurs enzymes sont totalement bannis.

 

L’utilisation d’apprêts synthétiques est limitée, les huiles d’ensimage et de tissage ne doivent pas contenir de métaux lourds.

 

Les agents blanchissants doivent être à base d’oxygène (pas de chlore).

 

Les colorants azoïques libérant des composants aminés carcinogènes sont interdits.

 

Les méthodes d’impression utilisant des solvants aromatiques et les méthodes d’impression plastisol utilisant des phtalates et PVC sont interdits.

 

Limitations concernant les accessoires (par ex. PVC, nickel, chrome ne sont pas autorisés, à partir de 2014, tous les polyesters doivent être recyclables après consommation).

 

Tous les opérateurs doivent avoir une politique environnementale comprenant des objectifs et des procédures visant à minimiser les déchets et les rejets.

 

Les unités de traitement humide doivent conserver des relevés complets sur l’utilisation de produits chimiques, la consommation d’eau et le traitement des eaux usées, y compris sur l’élimination des boues. Les eaux usées des unités de traitement humide doivent être traitées dans une unité de traitement des eaux usées fonctionnelle.

 

Les matériaux des emballages ne doivent pas contenir de PVC. À partir du 1er janvier 2014, tous les papiers et cartons utilisés dans les emballages, les étiquettes, etc. devront être recyclables par les consommateurs, ou certifiés FSC ou PEFC.

 

 

Exigences concernant la qualité technique et la toxicité humaine

 

Les exigences de qualité technique doivent être respectées (valeurs de résistance au frottement, à la transpiration, des couleurs, au lavage, au rétrécissement).

 

Les matières premières, les produits intermédiaires et les produits textiles finis de même que les accessoires doivent respecter les limites rigoureuses concernant les résidus indésirables.

 

 

Exigences sociales

 

Tous les transformateurs et fabricants de l’industrie textile doivent respecter des critères sociaux fixés par les normes fondamentales de l’Organisation Internationale du Travail (OIT).

 

Ils doivent mettre en place une politique de responsabilité sociale avec des éléments définis pour atteindre les exigences de minima sociaux.

 

Elimination du travail forcé.

Liberté syndicale et reconnaissance du droit de négociation collective.

Amélioration des conditions de travail

Abolition du travail des enfants

Suffisance des salaires

Horaires de travail décents

Abolition de la discrimination

Régularité d'emploi

Abolition du traitement brutal et inhumain